La nutrition et l’hydratation sont devenues des traitements selon l’article L 1110-5-1 du Code de Santé Publique. Et au moment de la fin de vie, ces traitements sont arrêtés. Certaines familles ont peur de l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation et souvent on les entend dire :

« il va mourir de soif ? il va mourir de faim ».

Comment dès lors rassurer alors les familles angoissées par rapport à l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation…

Comment se décide l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation ?

La décision d’arrêter ces traitements que sont la nutrition et l’hydratation a pour objectif de ne plus faire souffrir le malade.

Cette décision se prend :

à la demande du patient qui est conscient, au nom du droit au refus de tout traitement.
Le corps médical ne peut s’y opposer mais il doit prévenir le patient et vérifier que ce dernier comprenne les conséquences de sa demande, c’est-à-dire qu’il risque d’en mourir.

à la demande du patient dans ses directives anticipées,
Si le patient a explicitement demandé par écrit l’arrêt de tous traitements, les professionnels de santé ne peuvent refuser la demande du patient.

lorsque la nutrition et l’hydratation apparaissent comme un acharnement thérapeutique ou une obstination déraisonnable

Les exceptions à l’arrêt de la nutrition et de l’hydration

L’arrêt de la nutrition et de l’hydratation demandé par le patient peut être refusé par le corps médical et les professionnels de santé dans 2 cas :

en cas d’urgence vitale (le temps d’évaluer la situation)

dans le cas où la demande du patient est disproportionnée ou inappropriée à la situation médicale

« Il va mourir de soif, il va mourir de faim »… Comment gérer l’angoisse des familles ?

Lorsque l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation sera décidé, les professionnels de santé – et principalement les infirmier(e)s et les aides soignant(e)s – se retrouvent face à des familles démunies. Et souvent une phrase résonne : « il va mourir de faim, il va mourir de soif ».

Pour répondre à la souffrance des familles, je vous propose de prendre l’image d’une bougie…

Expliquez-leur que tant qu’il y a de la cire, la flamme brûle. Mais petit à petit, la cire disparaît et la flamme s’éteint. Sans énergie (cire), la bougie s’éteint doucement. Il en est de même pour la personne âgée : sans hydratation et sans nutrition, la personne âgée va s’éteindre sans souffrir.

A propos de l'auteur

Devenue formatrice en accompagnement de fin de vie pour accompagner mon meilleur ami malade dans ses derniers moments de vie, je me suis rendu compte qu'il était difficile d'oser parler de la fin de vie que ce soit : pour les malades, pour les proches, pour les aidants professionnels. A travers ce blog, je souhaite aborder tous les sujets liés à la fin de vie sans tabou. L'idée ? Que chacun puisse trouver les informations dont il a besoin, mesurer l'importance de ses décisions, parler plus facilement de ces sujets qui font peur, mieux vivre l'accompagnement de fin de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.